Programme des conférences du salon Zen


Jeudi 4 octobre :

La traversée de la dépression

14 h : Transformer les états dépressifs par la communication non-violente

Les pensées qui nous habitent entretiennent, voire
génèrent à la longue des états dépressifs. Il s’agit de
toutes les formes de comparaisons, de jugements sur
soi ou d’évaluations basées sur des critères d’accomplissement
externes. L’approche de la Communication
Non Violente, basée sur l’empathie, offre une possibilité
concrète de transformation, basée sur le retour aux
faits et le centrage sur les besoins sous-jacents aux
jugements. Elle aide également les proches à trouver
un équilibre entre l’empathie pour l’autre et les limites
à poser afin de se préserver.

Pascale MOLHO, médecin en milieu hospitalier pendant 15
ans, certifiée en Communication Non Violente depuis 1996,
se consacre à la formation et à l’accompagnement de particuliers
et d’équipes.

16 h : Approche des thérapies cognitives et comportementales dans la dépression

Au cours de la dépression, les personnes souffrent à la
fois d’un enfermement psychique (leurs pensées sont
centrées principalement sur les aspects négatifs de la
vie) et d’un repli socio-affectif. Les psychothérapies
cognitives et comportementales vont amener le patient
à reconsidérer ces pensées dépressogènes qui entretiennent
la dépression et à mettre en place des activités
régulières. L’intérêt de cette thérapie est à la fois de
sortir de l’épisode dépressif mais aussi d’éviter les
rechutes ou la chronicisation du trouble.

Frédéric CHAPELLE, médecin psychiatre, enseignant en
thérapies cognitives et comportementales, est auteur de
“ bon stress, mauvais stress : mode d’emploi “

Vendredi 5 octobre :

D’amour et de désir

14 h : La sexualité féminine, le désir et sa transmission

Alors qu’il est socialement admis que l’épanouissement
sexuel fait partie des moeurs de notre époque,
pourquoi les femmes ont-elles toujours autant de mal
à vivre leur sexualité ? Qu’elles aient 20, 30, 40 ou 60
ans, elles continuent aujourd’hui encore à être sous
l’emprise de difficultés, d’insatisfactions, de douleurs
et de drame.

Danièle FLAUMENBAUM, gynécologue et acupunctrice,
auteur de « Femme désirée, femme désirante », étudie
l’alchimie sexuelle taoïste et la psychanalyse transgénérationnelle.

16 h : De la demande au don

« Je t’aime car tu m’apportes l’amour et la reconnaissance
que je n’ai jamais reçus jusqu’à maintenant, ni
de mes parents ni de ceux qui disaient m’aimer. Je veux
ton amour car il me fait du bien ». Ceci peut sembler
une belle déclaration d’amour. Mais ne fait-on pas de
l’autre, l’objet de nos attentes ? Etre véritablement
sujet au sein de la relation, n’est-ce pas être à l’écoute
de nos désirs comme de ceux de notre compagne ou
compagnon, sans dépendance et respectueux de la
différence ? Non plus dans le besoin et la demande,
mais dans le désir et le don.

Catherine BENSAID, psychiatre, psychanalyste, auteur
notamment de « Aime-toi, la vie t’aimera » et de « Histoires
d’amour, histoire d’aimer », co-auteur avec Jean-Yves Leloup
de « Qui aime quand je t’aime ? »

Samedi 6 octobre :

Mensonges & trahisons

14 h : Psychologie du menteur

Sans mensonge la vie serait insupportable ! Il nous
faut accepter ce paradoxe : nous attendons de nos
proches et des autres la plus grande sincérité, cependant
tout le monde ment (à commencer par nous
même), et plusieurs fois par jour. Certains seront
rassurés d’apprendre qu’il existe des mensonges
égoïstes et d’autres altruistes. Comment, pourquoi et
à partir de quel âge mentons-nous ? Comment admettre
que le mensonge fait partie de notre quotidien ?

Claudine BILAND, docteur en psychologie sociale et chercheur
associée à l’Université de Paris 8, travaille sur les
comportements non verbaux et en particulier ceux associables
au mensonge. Elle est l’auteur de « Psychologie du menteur ».

16 h : En famille, en couple peut-on échapper aux trahisons ?

Le sentiment de trahison est largement répandu dans
les couples et les familles et génère des souffrances
souvent destructrices. Comment rebondir après une
trahison ? Une analyse ouverte, éloignée des préjugés
réducteurs pourra mieux nous faire comprendre comment
les trahisons se mettent en place, souvent à
l’insu de tous. Car le traître, ce n’est pas toujours
l’autre. Reconnaître que trahir fait partie inhérente des
relations humaines nous permet de nous resituer dans
notre dignité de sujet, comme acteur de notre vie.
Admettre les côtés sombres de notre identité, c’est
peut-être cela qui nous permettra de passer des
trahisons à l’éthique, de la déloyauté à l’altérité.

Nicole PRIEUR, philosophe, psychothérapeute d’enfants et
d’adolescents, membre du CECCOF (Centre d’études et de
communications familiales.), est l’auteur de “ Nous nous
sommes tant trahis ”.

Dimanche 7 octobre :

Le théâtre des émotions

14 h : Les racines de la culpabilité

La culpabilité est un sentiment qui mine de nombreuses personnes. Celle-ci a, certes, une utilité lorsqu’elle
sanctionne un tort que nous avons réellement causé à
autrui : elle nous encourage à respecter les règles et les
lois, et à réparer les préjudices que nous avons
occasionnés. Mais il existe aussi une autre culpabilité,
qui peut apparaître sans que rien ne puisse nous être
reproché, par exemple : décider de placer son enfant
en garderie pour reprendre une activité professionnelle,
s’accorder du bon temps, mieux réussir que ses
frères et soeurs, etc. Cette culpabilité morbide peut
être soignée, car elle s’accompagne toujours d’un
excès de responsabilités. En décidant de ne plus
assumer les responsabilités qui nous dépassent et qui
incombent aux autres, nous pouvons nous libérer
progressivement de ces sentiments pénibles.

Yves-Alexandre THALMANN, psychologue et formateur
dans le domaine des relations humaines, auteur de nombreux
ouvrages, dont « Au diable la culpabilité » et « Responsable,
oui ! Coupable, non ! »

16 h : Exprimer sa colère sans perdre le contrôle

Dans un contexte de vie de plus en plus sollicitant,
nous sommes nombreux à ressentir de la colère contre
soi, contre les autres et parfois même contre la réalité
en général. L’approche émotivo-rationnelle propose
de travailler sur les schémas inconscients qui sont le
creuset du sentiment colérique et de « disputer »
certaines de nos demandes ou exigences irrationnelles.
Tempérer et exprimer ses colères permet d’acquérir
une véritable philosophie de l’acception de soi et de la
réalité.

Didier PLEUX, docteur en psychologie, psychologue psychothérapeute,
directeur de l’Institut Français de Thérapies
Cognitives, auteur de plusieurs livres dont « Exprimer sa
colère sans perdre le contrôle ».

Lundi 8 octobre :

De la dépendance à la liberté

14 h : La dépendance amoureuse : enfer et paradis

Coup de foudre, passion… la relation amoureuse est
souvent paradisiaque dans ses débuts et vécue comme
une évidence, une révélation. Et pourtant elle peut être
un piège qui rend esclave. La dépendance amoureuse
s’installe sur un vide intérieur, l’autre est inconsciemment
utilisé pour répondre au manque. Comment
sortir de la dépendance pour conquérir progressivement
son autonomie et vivre dans la liberté ?

Hélène ROUBEIX, psychothérapeute et responsable de
l’école de PNL humaniste qui forme des psychothérapeutes,
auteur de « A la rencontre de soi - se libérer des rapports de
force » et « De la dépression au goût du bonheur ».

16 h : L’exercice de la liberté

Les dépendances modernes ont bien changé. Certains
ont besoin d’ivresse, de coup de foudre à répétition,
de réussites professionnelles en cascades et de
jackpots au casino. Ils courent après le nouveau
vêtement, le nouveau sport ou l’exploit qui comblera
leur sensation de manque. D’autres sont esclaves de
l’ascétisme, du pessimisme et du besoin de maîtrise.
Ils paraissent plus raisonnables mais souffrent tout
autant. Qu’ils soient drogués de l’excès ou de l’ascèse,
les dépendants modernes parcourent les trois mêmes
étapes quand ils se libèrent : se regarder en face,
accepter de changer et enfin faire un inventaire de
leurs pensées, leurs comportements, leurs croyances
et en trouver d’autres. C’est à cet exercice de
connaissance de soi et de libération que je vous invite.

Michel LEJOYEUX, professeur de psychiatrie à la Faculté de
Médecine Paris 7, chef de service de psychiatrie, d’alcoologie
et de tabacologie, auteur de « Du plaisir à la dépendance ».

Salon Zen bien-être et développement personnel
Du 4 au 8 octobre 2007, de 11h à 19h
Nocturne 21h vendredi 5 octobre
Espace Champerret,
Porte de Champerret - Paris 17e
Entrée : 8 euros
Tarif réduit : 5 euros (chômeurs, handicapés, étudiants)


Répondre à cet article

Messages

L'information qui vous est fournie ici tente de vous apporter des renseignements pertinents sur un certain nombre de données dans le domaine du bien-être, de la détente et du massage. Ces renseignements vous sont transmis à titre purement indicatif et doivent être utilisés sous votre entière responsablilité. Ces informations n'étant ni complètes, ni exhaustives il vous appartient de procéder à toutes les vérifications nécessaires sous votre entière responsabilité et de les utiliser à vos risques. Ces informations ne pourront en aucun cas remplacer un quelconque diagnostic, avis ou traitement médical. Pour cela il vous appartient de vous renseigner auprès de votre médecin traitant.

Liens commerciaux
  • S'inscrire pour être tenu au courant des derniers salons beauté, esthétique, bien-être, massage et santé
  • Suivre l'activité éditoriale sur Info-massage
  • Gagner des places gratuites grâce à Info-massage lors de l'annonce de ces nouveaux salons
  • Voir la liste des salons


Retrouvez toutes vos infos massage sur Info Massage cnil n°1167279  © Interactive Promotion